Aller au contenu principal

Coup d’envoi d’un roadshow national sur l’agrégation agricole « nouvelle génération »

M. Mohammed Sadiki, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a donné le mardi 30 novembre 2021 le coup d’envoi officiel du roadshow national sur l’agrégation agricole « nouvelle génération » qui s’inscrit dans le cadre de la déclinaison de la nouvelle stratégie de développement agricole « Génération Green 2020-2030 ». Piloté par l’Agence pour le Développement Agricole (ADA) et organisé en étroite collaboration avec l’ensemble des Directions Régionales de l’Agriculture, cet événement a pour principal objectif de sensibiliser et mobiliser les différents acteurs et intervenants pour dynamiser le processus de mise en place des projets d’agrégation de nouvelle génération, une approche d’organisation professionnelle dans les différentes chaines de valeur agricoles. Programmé pour couvrir toutes les régions du Royaume, ce roadshow est l’occasion de faire le point sur l’état des lieux et les acquis de l’agrégation agricole et de présenter son renforcement par le nouveau dispositif réglementaire avec la mise en œuvre de deux nouveaux arrêtés d’application de la loi 04-12 portant sur l’agrégation agricole et qui renforcent le partenariat entre les agrégateurs et les agrégés. Ce dispositif apporte une importante simplification et assouplissement des procédures ainsi qu’une révision des critères et des normes d’éligibilité, l’intégration de nouveaux modèles d’agrégation et de nouvelles filières de production, la mise en place d’un taux préférentiel pour les incitations octroyées au matériel d’élevage ainsi que pour l’aménagement hydro-agricole et le matériel d’équipement agricole.   Dans son mot d’ouverture, le ministre a souligné que l’encouragement de l’agrégation agricole fait partie des mesures prises pour développer et moderniser l'agriculture nationale. Il s’agit d’une approche qui permet d’organiser les petits producteurs pour un meilleur encadrement et de leur faciliter l’accès au marché et à la valorisation de leur production. Il a ajouté que l'Etat lance une nouvelle génération de projets d’agrégation agricole qui joueront le rôle de pôles régionaux et nationaux de transmission des nouvelles technologies notamment aux petits et moyens agriculteurs. Ainsi, plus de 200 projets d’agrégation nouvelle génération ont été identifiés dans différentes régions du Royaume dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie « Génération Green 2020-2030 ». Cette nouvelle génération de projets d’agrégation s’inscrit dans les deux fondements de la Génération Green. Ainsi, dans le premier qui donne la priorité à l’élément humain et à son développement notamment à travers l’émergence et l’extension d’une classe moyenne agricole, ce nouveau dispositif d’agrégation promeut l’essaimage de nouveaux modèles d’organisation, de coopératives agricoles et de groupement, combinant offre de valeur économique et sociale. Dans le deuxième fondement de la stratégie, qui concerne la pérennisation du développement agricole et la consolidation d’une agriculture résiliente et éco-efficiente, ce modèle ambitionne de propulser vers l’avant des projets d’agrégation innovants autour des chaines de valeur, permettant d’étendre l’encadrement, l’accès à la technologie, à la valorisation et aux circuits de commercialisation, notamment pour les petits agriculteurs. Pour rappel, l’agrégation agricole introduite par le Plan Maroc Vert est un modèle novateur de partenariat entre l’amont productif et l’aval commercial et industriel. Elle permet aux petits agriculteurs agrégés de tirer profit des techniques modernes de production, de valorisation, de financement et d’accès aux marchés intérieurs et extérieurs.  Pour leur part, les agrégateurs assurent l’approvisionnement de leurs unités agro-industrielles en accédant à une plus grande capacité de produits de qualité, avec une traçabilité garantie et ce, dans le cadre d’un partenariat « win-win ». Ont pris part à cet événement des agrégateurs potentiels, des investisseurs dans le secteur agricole et agroindustriel, les professionnels, les chambres de l’agriculture, la Confédération Marocaine de Développement Agricole et Rurale, les interprofessions, ainsi que plusieurs hauts responsables du ministère.      

Journée d'étude sur la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaine alimentaire

 La lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage s’inscrit dans le cadre du Plan stratégique national de prévention et de contrôle de la résistance aux antimicrobiens Signature d’une convention avec les partenaires sectoriels concernés M. Mohammed Sadiki, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a présidé le mardi 09 novembre 2021, une journée d’étude sur la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaîne alimentaire. Organisé par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), cet évènement a connu la participation des différents partenaires sectoriels concernés par la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaîne alimentaire.   L’organisation de cet évènement intervient dans le cadre du Plan Stratégique National pour contrôler et réduire la résistance aux antimicrobiens (RAM) dans le secteur animal et au niveau de la chaine alimentaire. C’est également une occasion pour rappeler l’importance de conjuguer les efforts des différentes parties prenantes pour promouvoir les pratiques raisonnées qui concernent l’utilisation des antibiotiques dans le secteur de l’élevage et qui vont contribuer à la résolution de la problématique de l’antibiorésistance. Le Plan Stratégique National de Prévention et de Contrôle de la Résistance aux Antimicrobiens, s’inscrit dans le cadre de la collaboration entre le ministère de la Santé et le Département de l'Agriculture à travers l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Il est complémentaire avec les autres actions prévues dans les secteurs de la santé humaine et de l’environnement. Mis en œuvre depuis 2015, ce Plan s’aligne sur les standards internationaux de l’OMS, l’OIE et la FAO, et avec les nouvelles orientations de la stratégie « GENERATION GREEN 2020-2030 ». Le Maroc est parmi les 6 pays retenus par le Fonds fiduciaire multipartenaire (OIE, FAO et OMS) pour la résistance aux antimicrobiens, devant bénéficier d’un appui pour l’accélération de la mise en œuvre de son plan pour la période 2021-2022.   Signature d’une convention avec les partenaires sectoriels concernés   A cette occasion, une convention de partenariat relative à la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaîne alimentaire a été conclue entre le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), les associations interprofessionnelles du secteur avicole (FISA), des viandes rouges (FIVIAR), du lait (MAROC LAIT) et de l’apiculture (FIMAP), les associations de l’industrie pharmaceutique vétérinaire (ANPV et AMIP-Vet), les institutions de formation et de recherche vétérinaires (IAV Hassan II), ainsi que l’Ordre National des Vétérinaires (ONV).   La signature de cette convention vise à officialiser le partenariat et la communication entre les parties prenantes pour la mise en œuvre du plan stratégique national de prévention et de contrôle de la résistance aux antimicrobiens relevant du secteur de l’élevage et de la chaîne alimentaire, et ce afin de conjuguer et mutualiser les efforts pour une utilisation prudente et raisonnée des antimicrobiens et pour lutter contre l’antibiorésistance. Télécharger le Communiqué de presse  

9 novembre 2021

MAROC – BAD : M Mohammed Sadiki reçoit M Mohamed EL AZIZI, Directeur Général Régional pour l’Afrique du Nord à la Banque Africaine de Développement (BAD)

Rabat le 04/11/2021 Une volonté des deux parties pour renforcer la coopération dans le secteur agricole  M. Sadiki Mohammed, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a reçu le jeudi 04 novembre 2021 à Rabat, une délégation de la Banque Africaine de Développement (BAD) conduite par Monsieur Mohamed EL AZIZI, Directeur Général Régional pour l’Afrique du Nord à la BAD, accompagné de M. Achraf TARSIM, Responsable pays du Bureau national du Maroc et d’autres membres de la délégations.   Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une mission de la BAD pour engager un dialogue et des consultations pour l’identification de nouveaux projets pour la période de 2022 à 2024, et le suivi des projets en cours. Lors de cette rencontre, les deux parties se sont félicitées de la qualité de la coopération qui lie le Maroc et la BAD et identifié les différents axes de coopération pouvant être renforcés dans le cadre de la stratégie « Génération Green ».      

4 novembre 2021

Situation de l’approvisionnement du marché national et prix des produits alimentaires

Disponibilité des produits alimentaires sur les marchés nationaux et dans toutes les régions du Royaume permettant de répondre aux besoins de consommation Stabilité et baisse des prix des fruits et légumes, céréales et viandes rouges Fluctuation des prix de certains produits importés due au contexte international   Dans le cadre du suivi de l'état de l’approvisionnement et des prix sur le marché national, le Ministère de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts - Département de l’Agriculture- assure un suivi régulier de l’état d’approvisionnement du marché en produits agricoles et alimentaires et de la situation des prix. A cet effet, le marché national et à l’échelle de toutes les régions du Royaume connaissent une disponibilité suffisante en produits alimentaires permettant de répondre aux besoins de consommation. Sur le marché national, les prix varient selon l’origine du produit. Les produits alimentaires issus de la production nationale connaissent des niveaux de prix stables ou en baisse par rapport à la même période de l’année 2020. Par contre, les produits alimentaires importés ou dont la production utilise des matières premières importées, connaissent des fluctuations. A ce titre, il est important de rappeler quelques éléments du contexte national et international : Le contexte national est marqué par les effets positifs de la campagne agricole 2020-2021 notamment la bonne production des céréales et les bonnes performances de la plupart des filières agricoles.   Le contexte international est quant à lui  marqué par la hausse des prix des matières premières et ceux des produits agricoles en raison d’une multitudes de facteurs dont : la persistance des effets de la crise Covid-19, les  mauvaises conditions climatiques dans plusieurs régions de production dans le monde, le lancement simultané de plans de relance économique ayant induit une accélération de la demande mondiale sur les matières premières, la hausse des prix de l'énergie ainsi que les fortes hausses des prix du fret maritime et du transport de marchandises au niveau mondial.   Concernant les produits alimentaires issus de la production nationale   Les marchés nationaux et dans toutes les régions du Royaume sont bien approvisionnés en produits alimentaires et en quantités suffisantes pour répondre aux besoin de consommation avec des prix stables. Concernant les céréales, les prix sont à leurs niveaux normaux, avec une nette baisse des prix de l'orge et du blé tendre et ce malgré la hausse des cours mondiaux. Les prix des légumineuses, notamment les haricots, les pois chiches et les fèves sont stables. Les prix des lentilles connaissent par contre quelques fluctuations dues aux cours élevés sur le marché mondial.   S’agissant des fruits et légumes, les prix de gros restent en deçà des niveaux observés lors de la campagne précédente (tomates  -33%, petits fruits -20%, oignons sec  -4 %, pommes de terre  -22%). Ceci dis, les prix des légumes devraient rester à des niveaux abordables avec l’entrée en production des primeurs. Il est à noter que cette période de l’année constitue la période soudure entre les productions d’été et l’entrée en production des cultures de primeurs.   Quant aux produits d’origine animale, les prix des viandes rouges retrouvent leurs niveaux normaux grâce à la bonne campagne agricole précédente qui s’est traduite par des niveaux de prix des aliments de bétail largement en dessous des niveaux de la campagne 2019/2020. Ainsi, les prix des viandes enregistrent une moyenne de 60 dirhams le kilogramme dans les abattoirs, et une moyenne de 65 à 70 dirhams au niveau du consommateur.   Pour le poulet de chair et les œufs, les effets des mesures de restriction sanitaire imposés par la crise COVID-19 continuent de peser sur le secteur notamment la fermeture des restaurant et l’arrêt des activités festives ont conduit à la baisse de la demande. Situation qui a conduit certaines unités à réduire leur production, ce qui a affecté l'offre sur le marché. Ceci s’est traduit par la hausse des prix du poulet de chair et des œufs observée actuellement. Cependant, cette situation conjoncturelle sera dépassée et on assistera à un retour à la normale du marché des produits avicoles.   Concernant les denrées alimentaires importées ou dont la production est basée sur des matières premières importées   Les prix de certains produits de l’industrie alimentaire ont connu une hausse en raison de l'augmentation des cours des matières premières sur le marché mondial. Concernant le sucre, les prix resteront à leurs niveaux habituels malgré la hausse des cours mondiaux. Ceci grâce au développement des cultures sucrières qui couvrent 50% des besoins nationaux, à l’existence d’une organisation professionnelle dynamique en plus de la subvention.   Pour l'huile de table, la hausse des cours mondiaux des oléagineux, notamment ceux du soja en 2020 a entraîné une hausse des prix de l'huile de table depuis avril de la même année. Depuis cette date, les prix sont restés stables.  

2 novembre 2021

L'Assemblée Générale de l'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins (ANOC)

M. Mohammed Sadiki, Ministre de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a présidé le samedi 30 octobre 2021, l'Assemblée Générale de l'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins (ANOC). Dans son mot d’ouverture, le Ministre a souligné l'importance du secteur de l'élevage et son rôle dans la création de l'emploi et l'atteinte de la sécurité alimentaire pour notre pays. Le ministre a salué les résultats enregistrés par la filière de développement des ovins et caprins et a rappelé les grandes lignes de la stratégie de Génération Green, soulignant le rôle des organisations professionnelles en tant que partenaire incontournable de l'Etat dans le développement des filières de production dans le cadre de contrats programmes de nouvelle génération. L'Etat apporte dans ce cadre le soutien et l’accompagnement à cette filière pour la développer, assurer la protection sociale des éleveurs et améliorer leurs conditions de vie.      

30 octobre 2021

Campagne agricole : Réponse du Ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des Eaux et Forêts lors de la séance des questions orales à la chambre des conseillers

  Le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts M. Mohammed Sadiki, a indiqué mardi 26 octobre 2021, en réponse à des questions orales à la Chambre des conseillers au sujet de l'actuelle campagne agricole, que le gouvernement a pris plusieurs mesures pour le lancement de la campagne agricole dans les meilleures conditions. Le Ministre a souligné que ces mesures concernent la fourniture d'intrants agricoles en quantités suffisantes pour couvrir les besoins des agriculteurs, y compris les semences sélectionnées, le renforcement de la politique de proximité avec les agriculteurs à travers environ 390 points de vente par le biais du réseau de distribution de l'Office National du Conseil Agricole et le réseau privé dans un cadre contractuel, fournissant au marché environ 500 000 tonnes d'engrais phosphatés et l'extension des zones sécurisées dans le cadre du programme d'assurance agricole avec près de 200 000 hectares supplémentaires, conformément aux exigences de la stratégie “Génération Green” visant à sécuriser 2,5 millions d'hectares d'ici 2030. A cet égard, le Ministre a précisé qu’un total de 1,2 millions d'hectares de céréales, légumineuses et oléagineux seront sécurisés dans le cadre de l’assurance multirisques climatiques pour cette saison et 50 000 hectares dans le cadre de l’assurance multirisques pour l'arboriculture. Le Ministre a également souligné que le Groupe Crédit Agricole du Maroc, en étroite concertation avec le Ministère, a pris un ensemble de mesures pour accompagner le secteur agricole et le monde rural à travers la conclusion de plusieurs conventions avec les acteurs institutionnels et organisations professionnelles. Concernant la généralisation de la politique de protection sociale au profit des agriculteurs et leurs familles, le Ministre a indiqué que le ministère œuvrera cette année à accélérer la mise en œuvre de l'accord-cadre relatif à la généralisation de l'assurance maladie obligatoire de base au profit de la catégorie des agriculteurs, qui vise environ 1,6 millions d'adhérents et leurs familles. D'autre part, le Ministre a déclaré que la production des agrumes devrait augmenter de 14% par rapport à la campagne précédente. La production d'olives devrait augmenter de 21%, avec une augmentation de la superficie plantée pour atteindre 1,2 millions d'hectares, soit une augmentation de 4,2% par rapport à la campagne précédente. Il a rappelé que la production totale des céréales au cours de la dernière campagne s'est élevée à 103,2 millions de quintaux, ce qui représente la deuxième meilleure production de l'histoire de l'agriculture marocaine. La production de légumes et de fruits a également enregistré des niveaux importants. Quant aux prix des céréales et des matières premières, le Ministre a souligné que leur hausse est due au lancement simultané des plans de relance économique qui a induit  à l'accélération de la demande mondiale en matières premières, ainsi qu'une hausse des prix de l'énergie, causant une augmentation des coûts de transport, d'expédition et de production, en plus des mauvaises conditions climatiques dans certaines régions du monde, ce qui a entraîné une baisse de la production destinée à l'exportation. En guise de conclusion, le Ministre a signalé que l'agriculture marocaine est aujourd'hui confrontée à de nouveaux défis et que le Ministère met tout en œuvre pour y faire face à travers le déploiement rigoureux de la stratégie de Génération Green, en alliant développement humain et durabilité du développement agricole avec le renforcement de la souveraineté alimentaire du Royaume, conformément aux hautes directives Royales et aux objectifs du nouveau modèle de développement, ainsi que les engagements du programme gouvernemental 2021-2026 qui accorde une place importante au secteur agricole et fait de l'émergence d'une classe moyenne agricole l’une de ses obligations fondamentales.  

27 octobre 2021

Réunion de travail autour de l’emploi au profit des jeunes

  Dans le cadre de la mise en œuvre urgente des mesures du programme gouvernemental en matière d’emploi, une réunion de travail a été tenue le jeudi 21 octobre 2021 au siège du ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts entre M. Younes Skouri Oubahssou ministre de l'Intégration Economique, de la Petite Entreprise, de l'Emploi et des Compétences et M. Mohammed Sadiki Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.   La rencontre a porté sur la coordination et l’échange d’idées et de propositions pratiques pour une politique globale et intégrée dans le domaine de l’emploi au profit des jeunes. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la mobilisation globale pour la mise en œuvre des visions et des propositions contenues dans le programme gouvernemental concernant l’emploi, notamment le programme « Forsa » qui vise à appuyer la création des petites entreprises et leur renforcement et le programme des grands et petits chantiers pour la création de 250.000 emplois directs d'ici deux ans. Les deux ministres ont insisté sur la nécessité de poursuivre la coordination et la communication autour de ce sujet important.   La réunion s’est déroulée en présence de responsables centraux des deux ministères.                          

25 octobre 2021

Coup d’envoi d’un roadshow national sur l’agrégation agricole « nouvelle génération »

M. Mohammed Sadiki, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a donné le mardi 30 novembre 2021 le coup d’envoi officiel du roadshow national sur l’agrégation agricole « nouvelle génération » qui s’inscrit dans le cadre de la déclinaison de la nouvelle stratégie de développement agricole « Génération Green 2020-2030 ». Piloté par l’Agence pour le Développement Agricole (ADA) et organisé en étroite collaboration avec l’ensemble des Directions Régionales de l’Agriculture, cet événement a pour principal objectif de sensibiliser et mobiliser les différents acteurs et intervenants pour dynamiser le processus de mise en place des projets d’agrégation de nouvelle génération, une approche d’organisation professionnelle dans les différentes chaines de valeur agricoles. Programmé pour couvrir toutes les régions du Royaume, ce roadshow est l’occasion de faire le point sur l’état des lieux et les acquis de l’agrégation agricole et de présenter son renforcement par le nouveau dispositif réglementaire avec la mise en œuvre de deux nouveaux arrêtés d’application de la loi 04-12 portant sur l’agrégation agricole et qui renforcent le partenariat entre les agrégateurs et les agrégés. Ce dispositif apporte une importante simplification et assouplissement des procédures ainsi qu’une révision des critères et des normes d’éligibilité, l’intégration de nouveaux modèles d’agrégation et de nouvelles filières de production, la mise en place d’un taux préférentiel pour les incitations octroyées au matériel d’élevage ainsi que pour l’aménagement hydro-agricole et le matériel d’équipement agricole.   Dans son mot d’ouverture, le ministre a souligné que l’encouragement de l’agrégation agricole fait partie des mesures prises pour développer et moderniser l'agriculture nationale. Il s’agit d’une approche qui permet d’organiser les petits producteurs pour un meilleur encadrement et de leur faciliter l’accès au marché et à la valorisation de leur production. Il a ajouté que l'Etat lance une nouvelle génération de projets d’agrégation agricole qui joueront le rôle de pôles régionaux et nationaux de transmission des nouvelles technologies notamment aux petits et moyens agriculteurs. Ainsi, plus de 200 projets d’agrégation nouvelle génération ont été identifiés dans différentes régions du Royaume dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie « Génération Green 2020-2030 ». Cette nouvelle génération de projets d’agrégation s’inscrit dans les deux fondements de la Génération Green. Ainsi, dans le premier qui donne la priorité à l’élément humain et à son développement notamment à travers l’émergence et l’extension d’une classe moyenne agricole, ce nouveau dispositif d’agrégation promeut l’essaimage de nouveaux modèles d’organisation, de coopératives agricoles et de groupement, combinant offre de valeur économique et sociale. Dans le deuxième fondement de la stratégie, qui concerne la pérennisation du développement agricole et la consolidation d’une agriculture résiliente et éco-efficiente, ce modèle ambitionne de propulser vers l’avant des projets d’agrégation innovants autour des chaines de valeur, permettant d’étendre l’encadrement, l’accès à la technologie, à la valorisation et aux circuits de commercialisation, notamment pour les petits agriculteurs. Pour rappel, l’agrégation agricole introduite par le Plan Maroc Vert est un modèle novateur de partenariat entre l’amont productif et l’aval commercial et industriel. Elle permet aux petits agriculteurs agrégés de tirer profit des techniques modernes de production, de valorisation, de financement et d’accès aux marchés intérieurs et extérieurs.  Pour leur part, les agrégateurs assurent l’approvisionnement de leurs unités agro-industrielles en accédant à une plus grande capacité de produits de qualité, avec une traçabilité garantie et ce, dans le cadre d’un partenariat « win-win ». Ont pris part à cet événement des agrégateurs potentiels, des investisseurs dans le secteur agricole et agroindustriel, les professionnels, les chambres de l’agriculture, la Confédération Marocaine de Développement Agricole et Rurale, les interprofessions, ainsi que plusieurs hauts responsables du ministère.      

30 novembre 2021

Ouverture de la 5ème Conférence régionale africaine sur l'irrigation et le drainage

Le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki, a présidé le mercredi 24 novembre 2021 à Marrakech, l’ouverture de la 5ème Conférence régionale africaine sur l'irrigation et le drainage qui se tient du 24 au 28 novembre sous le thème : "Gestion durable de l'irrigation pour une meilleure résilience de l’agriculture en Afrique". Placé sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI Que Dieu l’assiste, cet évènement scientifique est organisé par l'Association nationale des améliorations foncières, de l'irrigation, du drainage et de l'environnement (ANAFIDE), en partenariat avec la Commission Internationale de l’Irrigation et du Drainage (CIID) et le Ministère de l'agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Il offre un espace d’échange et de partage des connaissances et des expériences entre les professionnels, les chercheurs et les décideurs de plus de 50 pays, notamment africains. Le but est de trouver des solutions durables pour gérer l’utilisation de l’eau dans l’agriculture. À cette occasion, le Ministre est revenu sur l’importance de la gestion rationnelle de l’eau et son économie en matière d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets. Il a rappelé que le Maroc avait proposé lors de la COP22 tenue à Marrakech, une série d’initiatives dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, notamment l’initiative d’adaptation de l’agriculture en Afrique (Triple A) qui s’inscrit dans le cadre de la vision africaine de Sa Majesté le roi Mohammed VI Que Dieu le protège. Cette initiative vise à concevoir des solutions adaptées aux problèmes du continent, notamment en matière de renforcement de l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques. « Au Maroc, la maitrise de l'irrigation a tôt été une nécessité pour intensifier la mise en valeur agricole, garantir la sécurité alimentaire, contourner la forte contrainte de l'aridité et faire face aux aléas climatiques, notamment les sécheresses récurrentes qui deviennent désormais structurelles du climat de notre région » a ajouté le Ministre. Dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole Génération Green 2020-2030 et du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, la dynamique initiée dans le cadre du Plan Maroc Vert en matière d’économie et de valorisation de l’eau d’irrigation sera poursuivie. L’objectif est d’atteindre un million d’hectares couverts par les techniques d’irrigation efficientes et économes en eau, avec l’ambition de doubler l’efficacité hydrique à l’horizon 2030 et de faire de l’agriculture irriguée un levier de développement humain et durable. Compte tenu de l’expérience marocaine réussie en matière de maitrise de l’irrigation et d’économie d’eau, le Ministre a affirmé que le Maroc, promoteur de la coopération Sud-Sud, est ouvert pour mettre son expérience à la disposition des pays africains frères et amis. Organisé en mode hybride (présentiel et à distance), cet évènement rassemble des décideurs, des chercheurs, des bailleurs de fonds et des professionnels de plus de 50 pays, dont une trentaine de pays représentés en présentiel (Afrique du Sud, Burkina Faso, Djibouti, Sénégal, Niger, Mali, Tchad, Nigéria, Zambie, Mauritanie, Ghana, Ethiopie, Egypte, Kenya, Tunisie, Arabie Saoudite, Australie, Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Inde, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Russie, Lituanie, Portugal, Nepal…). La Commission Internationale de l’Irrigation et du Drainage (CIID) tiendra son 72ème Conseil Exécutif International de la CIID en marge de la conférence. Les deux évènements seront précédés par une session de formation internationale des jeunes professionnels de l'eau du 19 au 23 novembre 2021.                                                                                                                                                                         

24 novembre 2021

Le Maroc et la Banque africaine de développement signent un accord de financement de plus 114 millions d’euros pour soutenir une agriculture plus résiliente et plus inclusive

Rabat, le 23 novembre 2021  Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des finances, chargé du budget, Fouzi Lekjaa et le responsable-pays de la Banque africaine de développement pour le Maroc, Achraf Hassan Tarsim, ont présidé le mardi 23 novembre 2021 à Rabat, la cérémonie de signature d’un accord de prêt de plus de 114 millions d’euros pour mettre en œuvre le Programme d’appui au développement inclusif et durable des zones agricoles et rurales (PADIDZAR). Premier financement axé sur les résultats dans le secteur agricole en Afrique du Nord, ce nouveau projet d’adaptation climatique contribuera à renforcer la résilience de l’agriculture marocaine aux effets du changement climatique et à améliorer les conditions de vie des populations dans les zones rurales prioritaires. « Parfaitement intégré et véritablement innovant, ce modèle de projet bénéficiera à sept régions prioritaires, a déclaré le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki. Avec une double priorité : celle de renforcer la résilience de l’agriculture aux effets du changement climatique en plus de consolider le processus d’inclusion, notamment pour les petits agriculteurs et les jeunes entrepreneurs. La Banque africaine de développement a été la première institution de développement à soutenir notre nouvelle stratégie agricole ». Il a été rejoint par Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des finances, chargé du budget pour qui a salué « l’appui précieux et constant que la Banque africaine de développement apporte au Maroc pour la mise en œuvre de réformes structurelles essentielles ». « Avec ce nouveau programme, notre volonté est de contribuer à l’essor d’une agriculture plus moderne qui porte en elle l’exigence, toujours plus forte, d’inclusion, de performance et de durabilité, a affirmé Achraf Hassan Tarsim, le responsable-pays de la Banque pour le Maroc. Il vient jalonner le parcours d’une coopération réussie qui a contribué à faire évoluer le secteur agricole d’une logique de production à une logique de valeur ajoutée ».   Ce nouveau programme permettra de déployer une approche de développement plus durable et plus inclusive. Il favorisera l’émergence d’une classe moyenne agricole, notamment par la création d’emplois en milieu rural et l’accompagnement des jeunes et femmes entrepreneurs agricoles. Le PADIDZAR soutiendra une utilisation plus efficiente des ressources en eau avec une meilleure valorisation de l’eau d’irrigation et introduira de nouvelles techniques de conservation du sol. Il permettra également de renforcer les capacités des acteurs, notamment celles des associations des usagers des eaux agricoles et des coopératives agricoles. Le programme appuiera ainsi le développement de systèmes de production encore plus efficients, plus résilients et plus durables et œuvrera à l’amélioration de chaînes de valeur toujours plus inclusives, plus performantes et plus pérennes. Il soutiendra également le renforcement des capacités institutionnelles pour faciliter la mise en œuvre des réformes et l’exécution des investissements. Le programme est aligné sur les cinq priorités stratégiques de la Banque, les « High 5 » en particulier la réalisation des objectifs « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ». Il soutient la nouvelle stratégie agricole du Royaume du Maroc, intitulée « Génération Green 2020-2030 », et le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027. Le PADIDZAR s’inscrit dans la continuité du soutien de la Banque africaine de développement, depuis 2008, à la précédente stratégie agricole marocaine, dénommée « Plan Maroc Vert ». L’engagement de la Banque africaine de développement au Maroc, depuis un demi-siècle, s’élève à plus de 12 milliards de dollars américains. Les financements couvrent les secteurs de la santé, de l’agriculture, de l’énergie, de l’eau, des transports, du développement humain et du secteur financier.      

24 novembre 2021

Lancement officiel de la campagne agricole 2021-2022 depuis la Région Rabat-Salé-Kénitra

Lancement du programme national du semis direct Des mesures et dispositions pour la campagne agricole M. Mohammed Sadiki, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a procédé le vendredi 12 novembre 2021 à Ain Sbit - Province de Khémisset, au lancement d’un programme de semis direct des céréales de la campagne agricole 2021-2022. Il était accompagné de M. Mansour Kartah, Gouverneur de la province de Khémisset, du président de la Chambre Régionale de l’Agriculture, des représentants d’organisations professionnelles du secteur agricole et des hauts responsables centraux et régionaux du Ministère. Lancement du programme national de promotion du semis direct Le Ministre a donné le coup d’envoi du programme national de semis direct de 50.000 ha programmés au titre de l’actuelle campagne agricole 2021/2022 répartis sur les régions de Rabat-Salé-Kénitra, Casablanca-Settat, Fès-Meknès, Marrakech-Safi et Beni Mellal-Khénifra. Avec ce programme, le Ministère consacre son orientation vers une agriculture durable et éco-efficiente conformément aux dispositions de la nouvelle stratégie Génération Green 2020-2030. A l’horizon 2030, l’objectif du programme national de promotion du semis direct ambitionne d’augmenter graduellement la superficie pour atteindre une superficie de 1 million d’hectares de céréales en semis direct, partant d’une superficie de moins de 30.000 ha actuellement. Le Maroc étant de plus en plus confronté au déficit hydrique causé par une sécheresse structurelle, l’adoption et le déploiement des approches d’adaptation combinant les techniques et pratiques culturales permettant de mieux valoriser la goutte d’eau, est une orientation essentielle de la stratégie Génération Green. Dans ce sens, le semis direct des céréales est l’un des packages technologiques qui a montré son efficacité dans les zones arides et semi-arides. En effet, le semis direct est un mode d’installation des céréales sans aucun travail de préparation de sol avant le semis. Pratiquée par des semoirs spécifiques, la technique assure le maintien de la fertilité du sol et la conservation de l’humidité du sol. Elle suppose un raisonnement de rotation culturale. La promotion de cette technologie est fondée sur les résultats probants des travaux de recherche réalisés. Elle permet l’amélioration de la fertilité du sol et du taux de la matière organique, l’amélioration du rendement des céréales de 30% en moyenne et leur stabilisation notamment en année sèche, la réduction des coûts d’installation des céréales de 60% et des doses de semis de 30% ainsi que la réduction de l’érosion du sol de plus de 50%. Elle vise à améliorer la résilience et l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques. La mise en œuvre de cet important programme sera accompagnée par un certain nombre de mesures : Des incitations dans le cadre du Fonds de Développement Agricole (FDA) pour l’acquisition des semoirs de semis direct, à hauteur de 50% du prix d’acquisition ; Le renforcement des actions de conseil agricole à travers les plateformes de démonstration, les écoles aux champs, la formation des conseillers et des agriculteurs ; L’encouragement et l’accompagnement à la création de sociétés de prestation de service ; La poursuite du programme de recherche et développement à travers notamment, la mise en place de plateformes d’innovation et la réalisation de cartes de viabilité du sol au semis direct ; La création d’une entité dédiée au niveau du centre international du conseil agricole (CICA) pour accompagner la mise en œuvre du programme national, à travers l’accompagnement des jeunes entreprises agricoles dans le domaine du semis direct, le transfert de technologies et de savoir-faire aux agriculteurs et la formation des agriculteurs et des conseillers. Les principales mesures et incitations au titre de l’actuelle campagne agricole Il est à rappeler que pour le déroulement de la campagne agricole en cours, dans la poursuite des efforts de développement du secteur, le ministère a pris une série de mesures et dispositions nécessaires permettant d’assurer la disponibilité des intrants agricoles (semences, engrais et produits de traitement) et l’accompagnement des agriculteurs. Parmi ces mesures :  Concernant les semences, le ministère met à disposition environ 1,6 millions de quintaux de semences certifiées de céréales qui seront commercialisées à des prix subventionnés ;  Concernant les engrais, approvisionnement du marché à hauteur de 490.000 tonnes d'engrais de fonds, en assurant la stabilité des prix des engrais phosphatés et la rationalisation de leur utilisation sur la base des cartes de fertilité des terres agricoles établies sur 7,8 millions d’Ha ;  En matière d’irrigation, poursuite du Programme National d'Economie d'Eau d’irrigation (PNEEI) à travers l’équipement de 45.000 ha d’exploitations agricoles en système d'irrigation localisée et l’achèvement de la modernisation des réseaux d'irrigation collectifs sur une superficie de 107.000 Ha et sa poursuite sur une superficie de 48.000 Ha.  En matière d’assurance agricole, extension de l’assurance agricole multirisque climatique pour les céréales, les légumineuses et les cultures oléagineuses sur une superficie de 1,2 millions d’Ha contre 1 million d’Ha lors de la campagne précédente, et poursuite du programme d’assurance multirisques pour les arbres fruitiers pour assurer près de 50.000 Ha.  Par ailleurs, il est prévu la poursuite de l’encouragement de l’investissement dans le secteur agricole à travers l’octroi des incitations dans le cadre du Fonds de Développement Agricole (FDA). Le montant de subventions prévisionnel pour 2022 est de près de 4,49 milliards de dirhams pour un investissement global de 9,2 milliards de dirhams.  Concernant le financement, le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM), a pris les dispositions financières et réglementaires nécessaires, à l’image des campagnes précédentes, pour répondre aux besoins de financement de la campagne agricole. Une enveloppe financière de 8 milliards de dirhams est ainsi dédiée au financement de l’actuelle campagne contre 4 milliards lors des campagnes précédentes, avec le lancement de nouveaux produits «Tasbiq FDA » et « Tasbiq Tasdir ». Le programme prévisionnel des grandes cultures d’automne a été établi et sera mis en place en tenant compte des disponibilités hydriques dans les zones pluviales, sur une superficie de 5,5 millions Ha dont 4,6 Millions Ha de céréales, près de 510 000 Ha de cultures fourragères, près de 200 000 Ha de légumineuses alimentaires. Dans les périmètres irrigués, mise en place d’un programme d’assolement rigoureux d’établissement des cultures sur une superficie de 114 000 Ha de maraîchage d’automne et plus de 47 000 Ha de betterave à sucre. Ce programme est réparti dans les régions selon les réserves hydriques disponibles. Enfin, une superficie de 50.000 Ha est programmée pour la multiplication des semences de céréales pour garantir un disponible en semences certifiées de 1,5 Millions de quintaux pour la prochaine campagne agricole.   Les services du Ministère se tiendront mobilisés et assurent un suivi continu de l'évolution de la campagne agricole en coordination avec l’ensemble des parties concernées. Un accompagnement des agriculteurs est également assuré à travers les actions de proximité de conseil agricole. Télécharger le communiqué        

12 novembre 2021

Journée d'étude sur la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaine alimentaire

 La lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage s’inscrit dans le cadre du Plan stratégique national de prévention et de contrôle de la résistance aux antimicrobiens Signature d’une convention avec les partenaires sectoriels concernés M. Mohammed Sadiki, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a présidé le mardi 09 novembre 2021, une journée d’étude sur la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaîne alimentaire. Organisé par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), cet évènement a connu la participation des différents partenaires sectoriels concernés par la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaîne alimentaire.   L’organisation de cet évènement intervient dans le cadre du Plan Stratégique National pour contrôler et réduire la résistance aux antimicrobiens (RAM) dans le secteur animal et au niveau de la chaine alimentaire. C’est également une occasion pour rappeler l’importance de conjuguer les efforts des différentes parties prenantes pour promouvoir les pratiques raisonnées qui concernent l’utilisation des antibiotiques dans le secteur de l’élevage et qui vont contribuer à la résolution de la problématique de l’antibiorésistance. Le Plan Stratégique National de Prévention et de Contrôle de la Résistance aux Antimicrobiens, s’inscrit dans le cadre de la collaboration entre le ministère de la Santé et le Département de l'Agriculture à travers l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Il est complémentaire avec les autres actions prévues dans les secteurs de la santé humaine et de l’environnement. Mis en œuvre depuis 2015, ce Plan s’aligne sur les standards internationaux de l’OMS, l’OIE et la FAO, et avec les nouvelles orientations de la stratégie « GENERATION GREEN 2020-2030 ». Le Maroc est parmi les 6 pays retenus par le Fonds fiduciaire multipartenaire (OIE, FAO et OMS) pour la résistance aux antimicrobiens, devant bénéficier d’un appui pour l’accélération de la mise en œuvre de son plan pour la période 2021-2022.   Signature d’une convention avec les partenaires sectoriels concernés   A cette occasion, une convention de partenariat relative à la lutte contre l’antibiorésistance dans le secteur de l’élevage et dans la chaîne alimentaire a été conclue entre le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), les associations interprofessionnelles du secteur avicole (FISA), des viandes rouges (FIVIAR), du lait (MAROC LAIT) et de l’apiculture (FIMAP), les associations de l’industrie pharmaceutique vétérinaire (ANPV et AMIP-Vet), les institutions de formation et de recherche vétérinaires (IAV Hassan II), ainsi que l’Ordre National des Vétérinaires (ONV).   La signature de cette convention vise à officialiser le partenariat et la communication entre les parties prenantes pour la mise en œuvre du plan stratégique national de prévention et de contrôle de la résistance aux antimicrobiens relevant du secteur de l’élevage et de la chaîne alimentaire, et ce afin de conjuguer et mutualiser les efforts pour une utilisation prudente et raisonnée des antimicrobiens et pour lutter contre l’antibiorésistance. Télécharger le Communiqué de presse  

9 novembre 2021

MAROC – BAD : M Mohammed Sadiki reçoit M Mohamed EL AZIZI, Directeur Général Régional pour l’Afrique du Nord à la Banque Africaine de Développement (BAD)

Rabat le 04/11/2021 Une volonté des deux parties pour renforcer la coopération dans le secteur agricole  M. Sadiki Mohammed, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a reçu le jeudi 04 novembre 2021 à Rabat, une délégation de la Banque Africaine de Développement (BAD) conduite par Monsieur Mohamed EL AZIZI, Directeur Général Régional pour l’Afrique du Nord à la BAD, accompagné de M. Achraf TARSIM, Responsable pays du Bureau national du Maroc et d’autres membres de la délégations.   Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une mission de la BAD pour engager un dialogue et des consultations pour l’identification de nouveaux projets pour la période de 2022 à 2024, et le suivi des projets en cours. Lors de cette rencontre, les deux parties se sont félicitées de la qualité de la coopération qui lie le Maroc et la BAD et identifié les différents axes de coopération pouvant être renforcés dans le cadre de la stratégie « Génération Green ».      

4 novembre 2021

Situation de l’approvisionnement du marché national et prix des produits alimentaires

Disponibilité des produits alimentaires sur les marchés nationaux et dans toutes les régions du Royaume permettant de répondre aux besoins de consommation Stabilité et baisse des prix des fruits et légumes, céréales et viandes rouges Fluctuation des prix de certains produits importés due au contexte international   Dans le cadre du suivi de l'état de l’approvisionnement et des prix sur le marché national, le Ministère de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts - Département de l’Agriculture- assure un suivi régulier de l’état d’approvisionnement du marché en produits agricoles et alimentaires et de la situation des prix. A cet effet, le marché national et à l’échelle de toutes les régions du Royaume connaissent une disponibilité suffisante en produits alimentaires permettant de répondre aux besoins de consommation. Sur le marché national, les prix varient selon l’origine du produit. Les produits alimentaires issus de la production nationale connaissent des niveaux de prix stables ou en baisse par rapport à la même période de l’année 2020. Par contre, les produits alimentaires importés ou dont la production utilise des matières premières importées, connaissent des fluctuations. A ce titre, il est important de rappeler quelques éléments du contexte national et international : Le contexte national est marqué par les effets positifs de la campagne agricole 2020-2021 notamment la bonne production des céréales et les bonnes performances de la plupart des filières agricoles.   Le contexte international est quant à lui  marqué par la hausse des prix des matières premières et ceux des produits agricoles en raison d’une multitudes de facteurs dont : la persistance des effets de la crise Covid-19, les  mauvaises conditions climatiques dans plusieurs régions de production dans le monde, le lancement simultané de plans de relance économique ayant induit une accélération de la demande mondiale sur les matières premières, la hausse des prix de l'énergie ainsi que les fortes hausses des prix du fret maritime et du transport de marchandises au niveau mondial.   Concernant les produits alimentaires issus de la production nationale   Les marchés nationaux et dans toutes les régions du Royaume sont bien approvisionnés en produits alimentaires et en quantités suffisantes pour répondre aux besoin de consommation avec des prix stables. Concernant les céréales, les prix sont à leurs niveaux normaux, avec une nette baisse des prix de l'orge et du blé tendre et ce malgré la hausse des cours mondiaux. Les prix des légumineuses, notamment les haricots, les pois chiches et les fèves sont stables. Les prix des lentilles connaissent par contre quelques fluctuations dues aux cours élevés sur le marché mondial.   S’agissant des fruits et légumes, les prix de gros restent en deçà des niveaux observés lors de la campagne précédente (tomates  -33%, petits fruits -20%, oignons sec  -4 %, pommes de terre  -22%). Ceci dis, les prix des légumes devraient rester à des niveaux abordables avec l’entrée en production des primeurs. Il est à noter que cette période de l’année constitue la période soudure entre les productions d’été et l’entrée en production des cultures de primeurs.   Quant aux produits d’origine animale, les prix des viandes rouges retrouvent leurs niveaux normaux grâce à la bonne campagne agricole précédente qui s’est traduite par des niveaux de prix des aliments de bétail largement en dessous des niveaux de la campagne 2019/2020. Ainsi, les prix des viandes enregistrent une moyenne de 60 dirhams le kilogramme dans les abattoirs, et une moyenne de 65 à 70 dirhams au niveau du consommateur.   Pour le poulet de chair et les œufs, les effets des mesures de restriction sanitaire imposés par la crise COVID-19 continuent de peser sur le secteur notamment la fermeture des restaurant et l’arrêt des activités festives ont conduit à la baisse de la demande. Situation qui a conduit certaines unités à réduire leur production, ce qui a affecté l'offre sur le marché. Ceci s’est traduit par la hausse des prix du poulet de chair et des œufs observée actuellement. Cependant, cette situation conjoncturelle sera dépassée et on assistera à un retour à la normale du marché des produits avicoles.   Concernant les denrées alimentaires importées ou dont la production est basée sur des matières premières importées   Les prix de certains produits de l’industrie alimentaire ont connu une hausse en raison de l'augmentation des cours des matières premières sur le marché mondial. Concernant le sucre, les prix resteront à leurs niveaux habituels malgré la hausse des cours mondiaux. Ceci grâce au développement des cultures sucrières qui couvrent 50% des besoins nationaux, à l’existence d’une organisation professionnelle dynamique en plus de la subvention.   Pour l'huile de table, la hausse des cours mondiaux des oléagineux, notamment ceux du soja en 2020 a entraîné une hausse des prix de l'huile de table depuis avril de la même année. Depuis cette date, les prix sont restés stables.  

2 novembre 2021

L'Assemblée Générale de l'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins (ANOC)

M. Mohammed Sadiki, Ministre de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a présidé le samedi 30 octobre 2021, l'Assemblée Générale de l'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins (ANOC). Dans son mot d’ouverture, le Ministre a souligné l'importance du secteur de l'élevage et son rôle dans la création de l'emploi et l'atteinte de la sécurité alimentaire pour notre pays. Le ministre a salué les résultats enregistrés par la filière de développement des ovins et caprins et a rappelé les grandes lignes de la stratégie de Génération Green, soulignant le rôle des organisations professionnelles en tant que partenaire incontournable de l'Etat dans le développement des filières de production dans le cadre de contrats programmes de nouvelle génération. L'Etat apporte dans ce cadre le soutien et l’accompagnement à cette filière pour la développer, assurer la protection sociale des éleveurs et améliorer leurs conditions de vie.      

30 octobre 2021

Campagne agricole : Réponse du Ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des Eaux et Forêts lors de la séance des questions orales à la chambre des conseillers

  Le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts M. Mohammed Sadiki, a indiqué mardi 26 octobre 2021, en réponse à des questions orales à la Chambre des conseillers au sujet de l'actuelle campagne agricole, que le gouvernement a pris plusieurs mesures pour le lancement de la campagne agricole dans les meilleures conditions. Le Ministre a souligné que ces mesures concernent la fourniture d'intrants agricoles en quantités suffisantes pour couvrir les besoins des agriculteurs, y compris les semences sélectionnées, le renforcement de la politique de proximité avec les agriculteurs à travers environ 390 points de vente par le biais du réseau de distribution de l'Office National du Conseil Agricole et le réseau privé dans un cadre contractuel, fournissant au marché environ 500 000 tonnes d'engrais phosphatés et l'extension des zones sécurisées dans le cadre du programme d'assurance agricole avec près de 200 000 hectares supplémentaires, conformément aux exigences de la stratégie “Génération Green” visant à sécuriser 2,5 millions d'hectares d'ici 2030. A cet égard, le Ministre a précisé qu’un total de 1,2 millions d'hectares de céréales, légumineuses et oléagineux seront sécurisés dans le cadre de l’assurance multirisques climatiques pour cette saison et 50 000 hectares dans le cadre de l’assurance multirisques pour l'arboriculture. Le Ministre a également souligné que le Groupe Crédit Agricole du Maroc, en étroite concertation avec le Ministère, a pris un ensemble de mesures pour accompagner le secteur agricole et le monde rural à travers la conclusion de plusieurs conventions avec les acteurs institutionnels et organisations professionnelles. Concernant la généralisation de la politique de protection sociale au profit des agriculteurs et leurs familles, le Ministre a indiqué que le ministère œuvrera cette année à accélérer la mise en œuvre de l'accord-cadre relatif à la généralisation de l'assurance maladie obligatoire de base au profit de la catégorie des agriculteurs, qui vise environ 1,6 millions d'adhérents et leurs familles. D'autre part, le Ministre a déclaré que la production des agrumes devrait augmenter de 14% par rapport à la campagne précédente. La production d'olives devrait augmenter de 21%, avec une augmentation de la superficie plantée pour atteindre 1,2 millions d'hectares, soit une augmentation de 4,2% par rapport à la campagne précédente. Il a rappelé que la production totale des céréales au cours de la dernière campagne s'est élevée à 103,2 millions de quintaux, ce qui représente la deuxième meilleure production de l'histoire de l'agriculture marocaine. La production de légumes et de fruits a également enregistré des niveaux importants. Quant aux prix des céréales et des matières premières, le Ministre a souligné que leur hausse est due au lancement simultané des plans de relance économique qui a induit  à l'accélération de la demande mondiale en matières premières, ainsi qu'une hausse des prix de l'énergie, causant une augmentation des coûts de transport, d'expédition et de production, en plus des mauvaises conditions climatiques dans certaines régions du monde, ce qui a entraîné une baisse de la production destinée à l'exportation. En guise de conclusion, le Ministre a signalé que l'agriculture marocaine est aujourd'hui confrontée à de nouveaux défis et que le Ministère met tout en œuvre pour y faire face à travers le déploiement rigoureux de la stratégie de Génération Green, en alliant développement humain et durabilité du développement agricole avec le renforcement de la souveraineté alimentaire du Royaume, conformément aux hautes directives Royales et aux objectifs du nouveau modèle de développement, ainsi que les engagements du programme gouvernemental 2021-2026 qui accorde une place importante au secteur agricole et fait de l'émergence d'une classe moyenne agricole l’une de ses obligations fondamentales.  

27 octobre 2021

Réunion de travail autour de l’emploi au profit des jeunes

  Dans le cadre de la mise en œuvre urgente des mesures du programme gouvernemental en matière d’emploi, une réunion de travail a été tenue le jeudi 21 octobre 2021 au siège du ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts entre M. Younes Skouri Oubahssou ministre de l'Intégration Economique, de la Petite Entreprise, de l'Emploi et des Compétences et M. Mohammed Sadiki Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.   La rencontre a porté sur la coordination et l’échange d’idées et de propositions pratiques pour une politique globale et intégrée dans le domaine de l’emploi au profit des jeunes. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la mobilisation globale pour la mise en œuvre des visions et des propositions contenues dans le programme gouvernemental concernant l’emploi, notamment le programme « Forsa » qui vise à appuyer la création des petites entreprises et leur renforcement et le programme des grands et petits chantiers pour la création de 250.000 emplois directs d'ici deux ans. Les deux ministres ont insisté sur la nécessité de poursuivre la coordination et la communication autour de ce sujet important.   La réunion s’est déroulée en présence de responsables centraux des deux ministères.                          

25 octobre 2021

Les cookies

Dans le cadre de l’amélioration de ses services, des cookies pourront être placés sur l’ordinateur de l’utilisateur en vue de générer des statistiques sur l’utilisation du site Internet du Ministère de l'Agriculture (les pages les plus visitées, la fréquence d’accès au site, etc). Les statistiques générées à l’aide de ces cookies sont conservées pour une durée de deux ans.

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Plus d'informations