Ministère de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts

Situation de l'Agriculture Marocaine N°9

Le Plan Maroc Vert a fait de la valorisation des richesses de l’agriculture une source active de la croissance économique de notre pays. En effet, un secteur agricole en expansion peut contribuer à cette croissance en injectant notamment des aliments, des services, de l’emploi et de l’épargne et en développant un marché intérieur fournissant des débouchés pour les produits de l’industrie nationale. Il est impératif dans cette perspective de professionnaliser l’exploitation agricole d’où le rôle déterminant du conseil agricole. Ce rôle est fondamental car il est en effet largement démontré que l’environnement intellectuel des exploitations agricoles et leur accès à la technologie et à l’information déterminent leur possibilité de développement.

A cet effet, notre nouvelle stratégie du conseil agricole, dont le dossier de cette édition du SAM présente les grandes lignes, est avant-gardiste et répond aux exigences d’une mise en œuvre réussie du Plan Maroc Vert. Elle repose sur l’autonomisation progressive des agriculteurs et la responsabilisation des acteurs. Elle est conçue autour de trois principes directeurs fondamentaux :

  • Un conseil multidimensionnel à travers l’implication d’acteurs dotés de missions claires et complémentaires pour assurer la mise en œuvre concertée d’actions structurées et efficaces,
  • Une multiplicité des sources de financement
  • Une gouvernance optimisée favorisant une articulation intelligenteentre les différents acteurs.

Cette nouvelle approche permettra le passage d’une vulgarisation de masse, telle que pratiquée par le passé, à un conseil agricole plus ciblé qui assure un appui global à une large partie de la population des agriculteurs en favorisant le montage et la réalisation de projets collectifs et/ou individuels. Cela nécessite la mobilisation d’un effectif de conseillers agricoles supérieur au nombre de conseillers actuellement en exercice d’où le besoin de développer le conseil agricole privé. Pour favoriser son émergence, un cadre légal est mis en place pour créer la profession de « conseiller agricole privé » assortie d’un système d’agrément pour les cabinets et les conseillers. Les Chambres d’Agriculture joueront un rôle de premier plan dans ce nouveau dispositif du conseil agricole. Elles peuvent, en particulier, mandater des conseillers agricoles pour favoriser le regroupement et ou l’adhésion des agriculteurs à des projets d’agrégation. Elles sont également appelées à alimenter le dispositif de gestion de la connaissance en collectant les meilleures pratiques auprès des agriculteurs.

application/pdf icon Lien pdf

28/04/2017

Agenda

L M M J V S D
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31