Ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime

Pour la concrétisation des objectifs fixés en termes de création de richesse et d’emploi, et de lutte contre la pauvreté , des partenariats gagnant-gagnant ont été conclus et mis en œuvre avec les parties prenantes aux différents niveaux (filières, territoires, etc.) et concernent :

  • La signature de 10 Contrats Programmes Filières entre l’Etat et les professionnels : sucre, agrumes, céréales, maraichage, palmier dattier, lait, viandes rouges, aviculture, semences, oléiculture, ainsi que les mécanismes institutionnels pour le suivi et l’évaluation annuelle de leur mise en œuvre (2008, 2009 et 2010) ;
  • La création de 9 interprofessions ;
  • L’élaboration de 16 Contrats Agricoles Régionaux représentant la concrétisation propre à chaque région du PMV en termes de projet, d’investissement, d’emploi, d’export sont conduits avec les partenaires locaux (collectivités locales, chambres d’agricultures et les départements ministériels concernés) (2009) ;
  • Le lancement de plus de 100 projets pilier II en 2010 et 102 projets pilier II en 2011 couvrant l’ensemble du territoire du Royaume et les principales filières végétale et animale ainsi que les actions transverses de grands intérêts (qualité, environnement, labellisation…) ;
  • La dynamique de l’investissement a été confortée par la révision des aides et incitations prévues dans le cadre du Fonds Développement Agricole (FDA). Cette refonte a eu pour finalité de contribuer efficacement à l’atteinte des objectifs de la politique agricole du pays et d’améliorer l’efficacité du FDA comme instrument d’impulsion et d’incitation à l’investissement. (Un décret en 2009, 3 décrets et 13 arrêtés en 2010, 2 décrets et 2 arrêtés en cours d’approbation) ;
  • La mise en place d’un Project Management Office (PMO) pour la gestion des Contrats Programmes Etat/Profession ;
  • L’amélioration massive de l’accès aux semences ;
  • Des contrats de partenariats sont aussi en cours entre l’Etat et des banques de la place pour assurer un accompagnement financier, y compris la création d’une structure spécialisée pour le financement des petits agriculteurs. D’autres partenariats ont été aussi initiés avec des opérateurs publics et privés concernés par le secteur (opérateurs du secteur de l’eau, agrégateurs, bailleurs de fonds nationaux et internationaux, ONG, etc.) (2009 et 2010) ;
  • Le lancement effectif de 2 agropoles (4 en préparation) afin d’augmenter massivement le taux de valorisation des produits agricoles ;
  • La poursuite des dossiers de modernisation de 4 ORMVA pilotes : Doukkala, Loukos et Tadla et le Gharb ;
  • La réalisation des programmes d’investissement dans l’irrigation : Programme National d’Economie en Eau pour l’Irrigation et Programme de Résorption des Décalages (~50 Milliards DHS sur 10 ans) ;
  • Le démarrage de la formation par apprentissage de 60 000 fils et filles d’agriculteurs ;
  • La création de l’Ecole Doctorale de l’Agriculture à l’IAV Hassan II ;
  • L’adoption du système LMD dans la formation Universitaire pour l’intégration des Etudiants Marocains à l’étranger ;
  • Le lancement d’un programme de développement des produits du terroir (indication géographique, labellisation, qualité …. ;
  • La promotion des productions de qualité et l’accompagnement technique et réglementaire ;
  • La consolidation du système de suivi-évaluation et des systèmes d’information y afférant.

Par ailleurs et dans le même cadre d’amélioration de l’environnement du secteur, le département de l’agriculture a préparé de nouvelles lois notamment celles qui vont régir l’interprofession et l’agrégation.

Le nouveau cadre juridique pour les interprofessions va permettre d'améliorer la gouvernance et la prise de décision entre les acteurs qui interviennent tout au long d’une même filière, de renforcer le rôle de ces interprofessions en tant que seul interlocuteur vis-à-vis des autorités publiques comme il va leur faciliter l’accès à de nouvelles ressources pour le financement de leur fonctionnement et la réalisation de leurs programmes de travail.

Le cadre juridique de l’agrégation va, quant à lui, permettre de clarifier les rôles et droits de toutes les parties impliquées dans les différents systèmes d’agrégation (agrégateurs, agrégés, Etat) et d’en garantir l’application à travers des instances d’arbitrage.

Cette nouvelle loi va permettre également de déployer de nouvelles formes d’incitation pour encourager et soutenir le développement de l’agrégation. Deux ans après son lancement, la nouvelle stratégie agricole a été consolidée et opérationnalisée, offrant une visibilité aux acteurs nationaux et internationaux et générant une mobilisation qui gagne à être mise à profit pour accélérer et améliorer les dynamiques enclenchées.

C’est dans ce cadre que plusieurs chantiers stratégiques ont été ouverts : projet d’Assurances Agricoles, Promotion des Produits de Terroirs, stratégie Recherche Développement, Intrants, formations et recherches…etc.

La mise en œuvre de la nouvelle politique agricole s’inscrit aussi en harmonie avec les autres chantiers de développement que connait le pays (Social, Logistique, Infrastructure, Aménagement de Territoire, Environnement, Régionalisation).

Les évolutions constatées sont conformes aux résultats attendus. En effet, les investissements aussi bien publics que privés ont connu un accroissement remarquable dénotant une appropriation et mobilisation remarquables des operateurs du secteur. Les conditions de productions ont ainsi permis d’atteindre des niveaux de production qui confortent les objectifs en termes d’impacts économiques et sociaux.

18/07/2014

Agenda

L M M J V S D
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31